30/11/2005

Interlude

Gossip Boy est actuellement requis par son travail.  Il vous prie de patienter quelques instants et ne manquera pas de ... blablabla.

 

Nice picture, isn'it ?

11:11 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/11/2005

La perfection au masculin

Voilà, c'est fait.  Comme PommeFraise je me suis mis en tête de faire un petit régime et de ma raser de près.  En plus de faire attention à mon alimentation, je vais également faire du sport comme le montre cette photo prise à la piscine hier soir.  Vous aurez noté que je me suis fait une beauté en me rasant de très près grâce au nouveau rasoir polylame à visée laser et baume cicatrisant intégré de chez Gilette....

09:46 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/11/2005

Week-end de chez week-end

Vendredi soir, sans Roi, sans Reine et sans Petit Prince, je m'en suis allé retrouver mon compagnon sur les hauteurs de Cointe.  Un joyeux mélange de tendresse, de fougue et de passion m'accueillit et me gâta jusque dimanche midi....  De cela nous ne vous en dirons pas plus (ceci est la phrase par laquelle s'achève chacun des chapitres de Jin Ping Mei, 3.400 pages en petits caractères sur papier bible chez Folio).

 

Samedi, honteux claquage de fric de fin de mois chez Planet Parfum (crèmes de jour et de nuit, contour de l'oeil, gommage, crème pour les mains, crème et huile Peau d'Ange) et à la FNAC (livres et dvds divers dont l'année 1 de Desperate Housewives).  De cela je vous en dirai plus au prochain paragraphe...

 

L'histoire de 4 copines narrée par la cinquième qui vient de se suicider dans une banlieue chic américaine.  Du cynisme artistique, des intrigues croisées, du suspinseuh, de jolis brins de dames (ma préférence pour la brune sans enfant), deux jolis brins de monsieur (un étudiant latino et un super canon célibataire - mon préféré).  La salope de service est Mme Huber.  Salope de chez salope, sans aucun doute.

 

Dimanche après-midi, plaisir solitaire mais partagé chez Henri.  Tarte au flan rehaussé de poires fondantes de chez Desmet (un régal).  Trois heures qui se sont évaporées sans s'en rendre compte.  Henri est un affront permanent pour les gens normaux (comme moi) : il a trop de qualités !!!  Il est sympa, intéressant, généreux, gentil, ouvert, curieux, ...

 

Henri est aussi une entremetteuse de premier ordre (Madame Weng pourrait en prendre de la graine).  Il fait et défait les couples d'un coup de baguette magique.  Il est encore le confident de J-F qui lui narre à toutes heures ses frissons érotico-glamouro-sexuels.  Henri n'aime pas.

 

Henri n'aime pas les blogs non plus.  Aucun blog.  Et surtout pas celui-ci qu'il trouve par trop vulgaire avec son étalage de chaire fraîche sous divers prétextes fallacieux....  Qu'en pensez-vous ?

07:38 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

25/11/2005

J'ai frôlé la mort

Quelle semaine les amis !!!

 

Réunions en cascade, cinéma avec un pervers maquignon (euh, si quelqu’un a une idée de ce que c’est que comme pathologie, qu’il n’hésite pas à laisser un commentaire), pluie de messages (le bassin d’orage a débordé), Jean Passe et des meilleurs.

 

Heureusement le week-end s’annonce déjà.  Il arrive tout doucement sur la pointe des pieds pour ne pas déranger, ne pas faire de bruit.

 

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai envie de repos, de chaleur, de volupté, de douceur, de jambes qui m’emprisonnent et de mains fébriles.  Je suis d’humeur coquine.  Je n’ai pas envie d’être sage.

 

Jeuh, jeuh, suis libertineuh, je suis zune catin…..

13:22 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/11/2005

Devrais-je me mettre au foot ?


16:36 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

22/11/2005

...


11:22 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Eugénisme mouillé

Je ne me souviens que très rarement de mes rêves, mais quand ça m'arrive cela en vaut la peine.

 

Nous nous trouvions dans une cité près de la mer mon cher et tendre et votre serviteur, il faisait très chaud.  Cher.  Avec ce qu'il me coûte, c'est adéquat (mon ex-femme l'appelant "ton gigolo"...).  Tendre, même très tendre si on tient compte de ce que je lui tape beaucoup dessus.

 

Il faisait donc très chaud et nous voulions entrer dans l'enceinte d'une très jolie piscine à ciel ouvert.  Le vigile me précise que l'accès est réservé aux jeunes, aux riches et aux minces et m'en interdit naturellement l'accès.  Mon tendre compagnon ayant lui le droit de rentrer.  S'en suit une longue discussion entre D. (le steak gigolo) et le vigile.  Mais il n'est pas si vieux que ça, regardez, gnagnagna.  Le vigile reste impassible et finit pour nous expulser tous les deux.  S'en suit un long parcours où chaque fois l'accès m'est refusé (jamais à D, ce salaud) pour diverses raisons.  Seulement pour les jolies personnes, pour les gens élégants, etc., etc.

 

Je m'éveille, mon lit détrempé (preuve qu'il faisait réellement très chaud ?), je me précipite sur le pèse personne, le miroir, ma garde-robe, les extraits de banque, ...  C'est injuste, après mures réflexions, les vigiles auraient pu me laisser entrer.  Juste une fois.  Allez, les mecs, soyez sympas !!!

11:18 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

21/11/2005

Cuming out

Faut-il le dire ?  A qui faut-il le dire ?  Pourquoi faut-il le dire ?  Comment le dire ?

 

La semaine commence donc par une batterie de questions.  Non pas qu'un concessionnaire exclusif en questions soit venu faire de la retape au bureau ce matin, comme cela se voit parfois dans des petites entreprises familiales avec des représentants ès casseroles.  Fi de tout cela.  Ce sont les Grandes Questions que se pose le gay lambda (pédé de base) à un moment ou un autre de son existence.  Pour Z'Oli Boy, ce fut la semaine passée si j'en crois son blog.

 

Ces questions m'interpellent autant qu'elles me choquent.  En effet.

 

Je plante le décor.  J'ai eu un ami qui faisait médecine.  Parmi ces stages divers et variés, une période passée aux urgences d'un grand hôpital bruxellois.  Il me relatait les épisodes les plus "cocasses".  Je me souviens de deux moments d'hilarité (étais-je déjà le salaud que je suis aujourd'hui ?).  Le monsieur avec une bouteille de coca dans le cul et qui ne sait plus la retirer et le monsieur avec le tube d'aspirateur dans l'anus qui lui aussi ne sait plus le retirer.  Pourquoi ces deux histoires gore ?  Hé bien, elles ont trait à la sexualité de ces deux messieurs.  Je doute qu'ils aient jugé utile de le dire à qui que ce soit...

 

L'étymologie du mot homosexuel est à cette image : personne qui a des rapports sexuels avec une personne du même sexe.  Soit.

 

Cela me choque d'être ramené au sexe de la personne avec qui j'ai des rapports sexuels.  Cela me choque que notre histoire soit ramenée à une histoire de cul.  Bien avant le fait de partager le même sexe, il y a d'abord deux personnes qui s'épanouissent mutuellement au contact de l'autre, deux personnes pour qui la vie à deux (ces deux-là !!!) est plus agréable, deux personnes qui s'aiment.

 

Ces quatre questions se sont ramenées pour moi à dire que j'étais amoureux de quelqu'un, que je me sentais bien avec lui, ....

 

Mon meilleur ami m'a répondu que lui aussi, il avait envie d'essayer avec un mec (il est à la course aux jupons ce que Mohamed Ali est à la boxe).  Je ne l’envie pas.  Sa vie se résume à une succession de prouesses sexuelles.  Il vieillit.  Déjà, il consulte la Faculté et les gourous pour comprendre ce qui manque à son épanouissement personnel.  Bientôt il prendra des petites pilules pour bander plus dur et plus longtemps.  Un jour il se retournera sur sa vie et dira "finalement je ne l'ai jamais fait avec un mec".  Un jour je me retournerai sur sa vie et je dirai "finalement Luc, tu n'as jamais été amoureux, tu ne t'es jamais réellement épanoui".

 

Je ne juge pas, ni ceux qui se taisent ni ceux qui disent ni les autres.  Je n'ai jamais jugé personne et je suis trop vieux pour commencer.  Il me semble cependant que les bonnes questions ne sont pas celles-là...

10:48 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/11/2005

Je me suis offert....

.... une WEBCAM !!!

12:23 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Quelles merveilleuses journées autrichiennes !!!

Me voilà de retour après trois "petites" journées sur les bords de la Traunsee...

 

Que de plaisir, goûter le charme buccolique de l'Autriche profonde et festive, riche de plaisirs simples, de nourriture légère et de culottes de peau....

 

Il s'agissait bien entendu de réunions de travail.  Qualité et quantité se sont délicieusement fondues dans d'agréables journées sur lesquelles le temps ne semblait plus avoir de prise.

 

Une sympathique chambre d'hôtel à l'allure modeste et au prix rikiki, réellement charmante et vivifiante.  Une fine couette pour compenser la poussivité du radiateur, un lit étroit pour qu'il se réchauffe plus vite et pas de temps à perdre à ouvrir la porte du mini-bar à se demander quel breuvage étanchera ma soif.  Tout est pensé dans les moindres détails !!!  Ici pas de place pour la fioriture.  Même la congrue portion de savon sous céllophane semble avoir été créée sur mesure pour satisfaire les besoins de base du routier bulgare adepte de camping sauvage...


07:43 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

15/11/2005

Hi there

Quick and dirty !  J'en connais au moins deux qui vont aimer.  Surtout le dirty !  Pas vrai les bad boys ?

 

Bon, je reviens de quelques jours de batifolage intensif, à Paris et à Liège.  Nous avons mis à sac trois parfumeries (Artisan Parfumeur, Palais Royal Shiseido et Frédéric Malle).  Normal que la plupart d'entre vous ne connaissent pas, c'est hype, méga hype, surtout le dernier...

 

Je disais donc trois parfumeries et bien sûr pour tout théomane qui se respecte Mariage Frères dans le Marais (pédoqueland pour les alter-globe-trotters).

 

Retour à Liège (rien à voir avec l'ex-Fouronnais).  Ciné tranquille (voir le blog de notre bouilloire chérie Z'Oli Boy) "Les noces funèbres de Tim Burton" en VO au Churchill avec la voix et une marionnette à l'effigie de .... Mais non pas Jean-Claude Vandamme !!! Enfin !

 

Retour au boulot ce matin, c'est fou ce que les gens s'attachent à vouloir me faire lire des trucs !  296 messages...  Ils sont dingues !

 

Dans une paire d'heures, je teste pour vous le plan Anciaux de dispersion des vols, direction Salzbourg (pour le boulot, que ce soit clair) en Zautriche.  Un bouquin à me recommander pour les soirées ?

 

On se revoit vendredi si tout va bien, si Renaat n'a pas pondu un nouveau plan qui prévoit que les vols soient annulés plutôt que dispersés...

10:58 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/11/2005

Pourquoi PommeFraise n'est-elle pas riche ?


07:51 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Black is black !!!

J'aime bien le noir, j'aime bien le blanc mais je préfère encore le noir et blanc.

 

Aller savoir pourquoi ?

07:50 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Auguste est mort

A la fin des années '80 j'ai eu l'occasion de travailler avec Auguste, un homme très attachant quoique bizarre et à l'opposé de mes valeurs.  Tricheur, voleur, feignant, gourmetté (en or), vulgos à souhait, etc.
 
Auguste est mort à la suite d'une longue et pénible maladie m'apprennent les valves ce matin, dans sa 72ème année.  Du coup j'hésite.  Il prétendait que la fumée permettait de conserver la viande tout comme l'alcool dilatait les artères.  Je n'ai pas eu connaissance d'un soir où il n'était pas complètement bourré et il fumait 3 paquets par jour (un à la menthe, un standard et un de luxe).  Est-il mort d'un cancer du foie, d'un cancer des poumons, d'autre chose encore ?
 
J'espère Auguste que tu auras vu une dernière fois la mer qui était ta passion, toi le cadet de la marine.  Je suis cynique comme tu aimais, tu as brûlé la chandelle par les deux bouts, tu en as profité et je me rappelle quelques unes de nos virées en ton souvenir...

07:38 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/11/2005

Quand le lait est tiré il faut le boire...

Le nouveau régime de PommeFraise souffre d'un handicap certain.  Comment faire quand elle n'a pas Monsieur sous la main ?  Je lui amène la réponse avec ce matériel dernier cri qui permet à Monsieur de tirer le lait dans la journée, le mettre au frigo et donc à notre charmante blogueuse fruitée de l'emmener le lendemain dans sa bouteille Thermos au bureau.

 

Un détail toutefois, veiller à ouvrir la bouteille dans un endroit discret, l'odeur peut être forte dans certains cas...

 

PS.  Là je me surpasse, racoleur, gore et tout et tout

PPS.  Avec le mal que je me donne, j'espère que ça va faire grimper l'audience

13:41 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Racoleur ? Moi ???

Spécialement pour mon grand Henri chéri qui pourrait se fendre de temps en temps d'un petit commentaire bien qu'il n'ait pas que cela à faire j'en conviens...

 

Il faut vous dire que Henri doit s'occuper de sa maman parce que le sirocco lui souffle entre les deux oreilles, de son chat qui se refuse obstinément à terminer sa vie en housse à gsm (comme j'aimerais bien), du chien de ses parents (un veau à propos de qui je ne sais si la bave ou la puanteur l'emporte), de ses amis (dont j'ai l'honneur de faire partie, c'est vous dire s'il est méritant !), de sa locataire bulgare, slovène ou pire encore (je ne m'en souviens jamais).  A ses temps perdus (rares), Henri intrigue aussi en haut lieu contre la secte des médailles-dispersées-aux-endroits-stratégiques-vous-protègent-des-mauvais-sorts.

 

Bref, Henri est un amour, voilà trop de temps que je ne l'ai pas vu et il me manque !

 

 

 

A bientôt Henri chéri !


13:24 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/11/2005

...

"Certaines personnes pensent que leur nombril résulte de la pointe du compas qui a servi à tracer le monde" [Frédéric Dard]

15:57 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Foot ou natation ?

Je ne vous fais pas un dessin, vous connaissez.

 

Le foot c'est quand onze mecs en short rutilant et au cerveau atrophié courent derrière une petite balle bi chromatique pour l'envoyer dans une espèce de filet à attraper les oiseaux migrateurs défendu par un mec qui n’est pas habillé comme les autres.  Le but de ce sport est de marquer des points, comme le shopping chez Delhaize sauf que tu ne reçois pas de bon de 5 € quand tu atteints les 500 points.

 

La natation c'est quand le mec se met quasiment à poil mais pas tout à fait juste pour t'emmerder.  La natation est réservée aux mecs qui n'ont pas de poils sur le corps, sauf parfois quelques poils pubiens dissimulés.  Le but de ce sport est de te faire un corps canon pour emballer comme c'est pas permis.

 

J'ai un petit faible pour les nageurs, je ne sais pas pourquoi...  Ou plutôt si, sans doute à cause de l'investissement qui est minime ;-)).

 

A la piscine une fois il y avait un noir avec un corps canon et un super mini maillot méga moulant.  Tout le monde le matait (même moi).  Peut-être de manière un peu trop appuyée....

 

Toujours est-il que pataugeant allègrement je sens une main s'intéresser de (très) près à mon matériel du samedi soir après Drucker.  Au bout de la main, le beau mec.  Aaaargh.

14:14 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/11/2005

Vous avez demandé Police Secours ?

Jeudi soir, alors que je rentrais paisiblement du bureau dans ma limousine de grand luxe (c’est pas vrai mais c’est mieux pour l’histoire), un jeune homme casqué sur une mobylette rouge arrive à ma hauteur et gesticule tant et plus.  J’ouvre ma fenêtre pour m’enquérir de son agitation (le pot d’échappement crache peut-être des flammes).  « Espèce de bâtard, putain de ta race, je vais te faire la peau ».  Hé bien non, cela n’a rien à voir avec le pot d’échappement.

« J’ai ta plaque, je vais te dénoncer à la police, tu as essayé de me tuer »  Si j’avais su que cela lui poserait un tel problème, je ne l’aurais pas raté…

Bon sérieusement, je n’ai toujours pas la moindre idée de comment et où j’ai essayé d’attenter à sa vie.  Comme je ne le connaissais pas encore, je suppose que cela ne pouvait être que fortuit.

Maintenant, j’en parle paisiblement mais pour être honnête, quand il a sorti un couteau de sa poche, je n’étais pas spécialement rassuré.  Je me suis enfui à toutes roues, direction le poste de police.  « Que voulez-vous Monsieur (je mets une majuscule mais je ne suis pas sûr qu’elle ait été prononcée), avec juste un bougnoul en mobylette rouge, on a aucune chance de te retrouver… ».  Et tout à coup je me suis dit, ce n’est peut-être pas à moi que ce garçon devrait en vouloir le plus.  Je n’excuse pas son comportement (j’ai eu la peur de ma vie) mais peut-être que je commence à le comprendre.


09:39 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Journées Internationales

Depuis le dernier post sur le sujet quelques journées dédiées à une Grande Cause se sont déroulées...

  • Journée Mondiale des Sodomites (well, j'en connaîs deux qui en ont profité)
  • Journée Internationale du vers à soie
  • Journée Intercontinentale du fusil à pompe à canon scié
  • Journée Internationale du Loden Vert
  • Journée Mondiale de la MégaBaude (voir commentaire)

Comme je sais que des incultes se faufilent pour tenter de se frotter à la haute tenue littéraire de ce blog, il me faut préciser ce qu'est la mégabaude.

Il faut tout d'aborde définir LE baud.  Ce n'est pas l'abréviation de l'autre équidé stérile (i.e. le baudet, l'autre étant la bardot), non, non, c'est une vitesse électronique, le nombre de bits qui s'échangent par seconde (notez bien, LE bit ou le huitième d'octet en français).  LE baud est donc un bit par seconde.

LA baude maintenant.  C'est, comme le savent nos brillants partouzeurs O et NF (afin de garder leur anonymat), UNE bite par seconde (à noter que bite s'écrit indifféremment avec un ou deux T mais toujours avec deux couilles).  C'est donc le nombre de bittes (ici dans son écriture avec deux T) rencontrées par seconde.

Les puristes noteront que LE baud est généralement supérieur à LA baud, en valeur absolue, ce qui est normal car en grammaire comme dans le reste, le masculin l'emporte toujours sur le féminin !!!


08:49 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |