23/09/2005

Soin de l'épiderme

Bon, que je sois choquant n'est pas en soi une surprise.

 

Que je ne vous raconte pas tout n'en est pas une autre.

 

Que je vous passe le détail de l'historique de mes affinités sexuelles n'en est pas encore une.

 

Que cela vous fasse réfléchir est le minimum requis pour avoir le courage de me supporter à longueur de semaines.

 

Que cela vous donne l'envie de le partager avec moi, je le comprends comme une marque de respect et d'amitié.

 

Que cela me donne l'envie de me justifier ou d'apporter des précisions...  Non, c'est inutile.

 

Bien sûr je ne m'étais jamais posé de question sur mon identité sexuelle.  Pendant presque 20 ans, je n'étais attiré par personne d'autre qu'elle, je n'ai jamais été un refoulé, un frustré du sexe.  Je ne l'ai jamais trompée, je ne l'ai aimée que d'un amour sincère et véritable.  Jusqu'au jour du décès de mon papa qui a été le déclenchement d'une réflexion sur moi-même et la découverte que les yeux de l'amour étaient vachement trompeurs.  J'en ai parlé à ma maman.  Elle m'a répondu "mais elle a toujours été comme ça !".

 

Il se fait qu'après l'avoir quittée, j'ai rencontré une autre personne (un homme cette fois) avec qui j'ai eu envie de construire quelque chose.  Autre chose.  Bien sûr, cela a été un coup de massue pour elle, elle n'a toujours pas digéré, elle m'aime toujours si vous voulez tout savoir, et me supplie même de revenir à la maison....

 

Bien sûr, je ne suis pas un homme bien.  Je ne vois d'ailleurs pas pourquoi moi je le serais.  D'ailleurs je ne veux pas être un homme bien.  Je ne suis pas l'incarnation de toutes les vertus, je suis un être de sang et de chair avec toutes ses faiblesses et quelques beaux côtés aussi.

 

Il n'y a pas de parti à prendre dans les histoires de divorce.  C'est un ratage absolu.  Personne n'en sort jamais gagnant.

 

Je ne suis pas bisexuel, hétérosexuel ou homosexuel.  Ce sont les noms des boîtes dans lesquelles il convient de se caser pour permettre d'être clairement identifié par les autres pour que tous les clichés (échelle d'inférence, on dit en étude du comportement) puissent y être appliqué.  S'il fallait me mettre dans une boîte à tout prix, je dirais que je suis asexuel.  L'identité sexuelle est sans aucune importance au regard de se sentir aimé et d'aimer une personne.  C'est trop con de ramener une relation affective entre deux personnes au seul rôle sexuel.

 

Je suis content que la procédure de divorce ait trouvé un épilogue.  Cette fin n'efface ni les plaies ni les bosses et ne fera jamais que le plus gros ratage de ma vie soit devenu un succès !


14:13 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

... Je m'en tiens à ma petite phrase hindouiste, celle qui à mon sens envisage avec le plus de sagesse les milles péripéties, petites et grandes, de l'existence:
"Quoi qu'il arrive, la vie a toujours raison"
C'est une leçon d'humilité qui me donne chaque matin le courage d'affronter une nouvelle journée...
Pourquoi faudrait-il passer tant de temps à analyser, commenter, interpréter ou justifier chaque événement de nos vies alors qu'il importe avant tout de VIVRE
Enjoy your trip :-)

Écrit par : NowFuture | 23/09/2005

touchée suis purement et simplement k-o ...

Écrit par : pommefraise | 23/09/2005

... Me vla' moi aussi touché par ce post!
Bon w-e m'sieur le sage! ;o)

Écrit par : Oli | 23/09/2005

... Pareil je déteste les boîtes, les catégories...mais à "asexuel"...perso je préfère "polysexuel" :-))

Écrit par : sioran | 26/09/2005

Les commentaires sont fermés.