05/09/2005

Amélie et la mal bouffe

J'ai commencé à lire hier soir le dernier Nothomb.  Bof.  Très bof même.  Je dirais même plus, décevant de chez décevant.  Comme d'hab' le couplet sur la nourriture ou plutôt la privation de nourriture, mais pour le reste....  Comment une fille bourrée d'autant de talent peut se complaire dans les romans purement alimentaires, ça me dépasse.

 

Alors pour le plaisir de vos sens, autant orienter votre choix sur un des petits derniers d'un auteur japonais majeur contemporain.  C'est bonheur, frais, épuré, quasi éthéré, ...

K. est amoureux de Sumire, mais celle-ci n'a que deux passions : la littérature et Miu, une mystérieuse femme mariée. Au sein de ce triangle amoureux, chaque amant est un satellite autonome et triste, et gravite sur l'orbite de la solitude. Jusqu'au jour où Sumire disparaît... Les Amants du Spoutnik bascule alors dans une atmosphère proprement fantastique où l'extrême concision de Murakami cisèle, de façon toujours plus profonde, le mystère insondable de l'amour.

08:44 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

amélie et moi ça n'a jamais été le coup de foudre
peut-être n'ai-je pas lu les bons ...

Écrit par : pommefraise | 05/09/2005

Tu sais ce qu'il te dit le petit lapin Duracell rose !!!! Non mais quand même, si c'est pas une honte ma bonne dame, une personne exemplaire comme moi !!!
En plus un lapin c'est trois secondes top chrono, ce qui n'est pas du tout mon cas Arf Arf :-)

Écrit par : NowFuture | 05/09/2005

Les commentaires sont fermés.