22/07/2005

C'est la bonne !!!

Cette fois ça y est.  Je boucle les valises et je monte dans ma citrouille pour passer toute une semaine sur la French Riviera.  Au programme ?  Elever la glande au niveau du grand art.  Si, si, je PEUX le faire !!!!  Faudra me croire sur paroles.
See you le 1er août !
Tiens, à propos de Sioux, ça me rappelle le sémillant Willy Claes (le chef d'orchestre qui voulait devenir pilote d'hélicoptère, mais si, tu te rappelles, cherche un peu).  Lui il dit Siouks ;-))

13:18 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/07/2005

Frankie comes back from Hollywood

Relax.  Ils reviennent mais sans Holly Johnson qui doit être resté à Hollywood.
 
Ben, il ne nous reste plus qu'à patienter et voir....
 
Holy 80's !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

11:56 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Droit de réponse à tous les beaufs de la terre

En sirotant mon petit café du matin, que lis-je dans le courrier des lecteurs de mon hebdomadaire favori ?  Je vous le donne en mille, la prose nauséabonde de D. Vander Burght de Waterloo.  A propos de l'adoption d'enfants par des couples gays.  Bonjour les clichés !
 
A toutes fins utiles, je tiens à signaler que la génétique m'a doté d'autres organes (qui fonctionnent) autour de ma bite et de mon cul.  D'accord, c'est cru mais il faut faire simple pour permettre au sieur en question de comprendre.
 
Quant à l'adoption des enfants par des couples gays, je ne suis ni pour ni contre, je n'en ai strictement rien à faire.  Ce qui m'insupporte au plus au point c'est le crétinisme (ça c'est une maladie) qui se rélève autour de ce sujet trendy.  Si on appliquait les mêmes clichés à d'autres boîtes (là, il faut faire l'effort d'aller lire le post sur le sujet), on devrait stériliser au moins 90% de la population (oui, je sais, c'est mon côté optimiste béat).  Les gosses qui ne connaissent du travail que papa et maman qui vont travailler une heure un jour par mois (ouf, le pointage va être supprimé !), les gosses de ceux qui ne vont jamais au musée, les gosses de ceux qui ne savent pas lire ou écrire, les gosses de ceux qui ne connaissent pas Amélie Nothomb, j'en passe et des meilleures.
 
Dans la prose de D. Vander Burght de Waterloo toutefois trois concepts intéressants.
 
D'abord, il a noté la différence qu'il y a entre les lesbiennes et les pédés : elles peuvent se reproduire et pas eux.  Cool.  C'est la preuve qui nous manquait pour savoir que l'avis de D. Vander Burght de Waterloo ne peut être que pertinent puisqu'il est intelligent et perspicace.
 
Ensuite, il pose la dure question de la transmission du savoir.  Une lesbienne peut expliquer à sa fille ce que sont les premières règles.  Ouf.  Enfin, pourvu qu'elle n'ait pas un garçon.  Mais c'est peu probable, car il est bien connu que les chats ne font pas des chiens !  Et puis, faut voir le côté positif des choses aussi, le pédé il pourra expliquer à son fils comment qu'on monte les meubles en kit de chez Ikea sans même regarder le mode d'emploi.
 
Finalement la notion la plus originale.  D. Vander Burght de Waterloo introduit le concept de prédécès.  Wat is dat ?  Ben, j'ai supposé que c'était avant que t'es mort.  Parce que dans ce cas précis, il est d'accord avec l'adoption.  Mais, au fait, juste avant d'être mort, t'es quoi déjà ?
 
Je conclus en m'adressant respectueusement à la Puissance supérieure qui a le pouvoir de mettre les gens dans les bonnes boîtes.  S'you plaît, Ô Puissance Supérieure, tu pourrais pas faire une très grande boîte pour tous les beaufs de la terre ?  Et si Toi, tu veux bien les mettre dedans, moi je fournis le cadenas pour plus jamais qu'ils en sortent !

08:04 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/07/2005

...

Blog au repos jusque début août...

18:02 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Sulfureuse Madonna chérie

Troublante et (presque) toujours parfaite Madonna.

 

Sans la moindre ambiguïté, c'est THE STAR of the stars qui tient les rennes et

maîtrise sa troupe d'éphèbes-objets.

 

Ah, si Joëlle Milquet pouvait faire de même avec ses troupes !

 

Euh, non, Joëlle, oublie, c'est pas une bonne idée.  Si, si, je te jure.

 

Vous avez vu, bien joué, hein ?  Je réussis à faire racoleur sans avoir l'air

d'y toucher.  Pas mal fier de moi sur ce coup.  Et pour tout dire, j'ai

piqué cette image d'Epinal sur un autre site....












16:47 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mon collègue chéri....

Je suis actuellement en réunion avec mon collègue F et je m'aperçois que j'ai oublié de mentionner quelques points importants.
 
Il est rouge.  Sa face est aussi rouge que la sauce bolognèse.  D'un glamour à faire se pâmer toutes les mouches blondes de la terre (voir post précédent sur le même sujet pour les sous-titres).
 
Et alors, le surfin absolu en matière de bon goût, un bracelet genre cordelette avec une breloque en métal qui brille.  Au poignet droit parce que au poignet gauche il porte déjà une de ces discrètes montres genre Breitling.  C'est con que je sois brouillé avec lui, jamais je ne saurai où m'acheter aussi ces accessoires aussi délicats qu'indispensables.  A moins que je n'essaye de les lui voler ?

14:17 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Message personnel

Je profite de ce blog pour passer un petit message personnel.
 
Je recherche un top-daguet (variété mâle de la top-biche), riche (trop riche ne serait pas un problème), équilibré, fidèle, en bonne santé, élégant, cultivé, intelligent (trop intelligent serait un problème), non croyant pratiquant et classieux pour relation durable.
 
Si vous pensez répondre à ce profil, n'hésitez pas à vous présenter à la séance de casting qui se tiendra au niveau -2 de City 2 ce prochain dimanche à partir de 14h (jusque 22h).
 
Munissez-vous de votre carnet de santé, de votre dernière fiche de paie, d'une vignette de la mutuelle, d'un bic bleu pour remplir le questionnaire et d'une photo récente.
 
PS. Fonction du niveau de richesse, je pourrais être réceptif à l'idée de convoler en justes noces...



11:38 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

2 puissance combien déjà ?

Il fut de bon ton de diviser pour régner.  Depuis, il est entré dans les moeurs de mettre les gens dans des boîtes avec une étiquette bien claire dessus.
 
Sous la pression du marketing, c'est même devenu une obligation.  Il y a la célèbre boîte tant convoitée de la ménagère de moins de 50 ans (dont je fais partie).  Il est donc nécessaire d'avoir une autre boîte pour les déchets (ceux qui ne rentrent pas dans ladite boîte de la ménagère de moins de 50 ans). 
 
Les boîtes, donc, c'est un peu comme les fesses, ça va toujours par deux.
 
 
 

 
 
 

 
A ce stade, nous atteignons 2 puissance 1.  Comme je ne suis pas la feignasse que vous croyez, je pousse le raisonnement un peu plus loin et donne d'autres exemples.
 
Il y a la boîte du Bien (Slow English spoken only) et celle du Mal.
Les grands et les petits.
Les minces et les gros.
Les riches et les pauvres.
Les célébrités et les ploucs comme vous.
Les Blancs et les pas net assez.
Les évangélistes et les hérétiques.
Les écrivains et les lecteurs.
Les DJ's et les danceurs.
Etc.
 
Ici, une petite pause pour constater que nous en sommes déjà à 2 puissance 10 (soit 1 024, pour ceux qui ne sont pas dans la boîte des matheux et il y en a !!!  Je le sais bien, j'ai les noms) mais aussi, beaucoup plus grave, que nous pouvons être dans plusieurs boîtes.
 
Si t'es petit, gros et que t'as pas voté pour Bush, no problem, tu n'intéresses personne.  Mais si au contraire... (surtout si tu es riche), alors laisse-moi un message en toute discrétion ;-))

 

PS. Vous pouvez vous amusez à complèter la liste par vous-même ou demandez à vos enfants de le faire dans la voiture pour les tenir occuper sur la route des vacances.








10:45 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dans l'ombre des Grands

Notre cerveau est ainsi fait que nous ne sommes capable que de retenir les choses simples.  Tel est le crédo des Grands de ce Monde.  Des personnalités en vue usent de cet artifice et nous finissons par les y assimiler.  Exemples.  Qui peut encore voir un noeud papillon sans penser immédiatement à Elio Di Ruppo, une fiole de Botox à Catherine Deneuve, une bouche ouverte à Sylvie Vartan, une motte de beurre à Marlon Brando et un ballet au cul de Philippe ?
 
Toutes les stars pourtant n'ont pas réussi ce tour de force.  C'est pour cela qu'elles continuent à avoir besoin d'un staff pour les mettre en valeur.
 
Enfin, il y a les personnages de l'ombre, ceux dont on ne soupçonne même pas l'existence mais sans qui les Grands ne seraient que des petits.  Soyons concrets.  Prenons le cas du futur Saint.
 
Il est évident que la machine ne fonctionnait plus toute seule.  Certaines fonctions vitales devaient donc être assurées pas des hommes de l'ombre (pas de femme dans ce cas, je suppose que vous savez pourquoi...).  La fonction cerveau était fournie par Ratzinger (le rat chantant ?), la fonction mouvement du bras droit était maitrisée par André Géal (Toone VII ?), la fonction voix était reprise par Yves Lecoq.
 
Bien sûr vous avez noté que les lèvres bougeaient aussi.  C'était bien là la fonction la plus ingrate d'entre toutes.  Elle était assurée par Jean-Claude B. (par respect pour le grand acteur français, ami de toutes les stars, je ne dévoilerai pas son nom) qui introduisait son bras par l'anus du Saint Père et ...  Mon Dieu que c'est gore !
 
PS. Si vous avez été directement témoin ou connaissez quelqu'un qui a été témoin d'un miracle post-mortem (c'est obligatoire !) attribuable à Jean-Paul II, merci de prendre contact exclusivement par e-mail avec benito.uberalles@vaticano.com qui transmettra aux autorités responsables.  Une prime d'exonération de 1.248 péchés sera offerte en récompense à toute personne ayant contribué à la béatification de Karol.

09:12 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2005

Le grand chef à 5 plumes

Je sors à l'instant d'une réunion en petit comité avec le président du groupe qui me verse tous les mois un salaire substantiel.
 
Quelques conclusions en vrac :

  • Je sais pourquoi lui est si bien payé
  • Je vais passer mon été à élaborer les réponses à ses questions extrêmement pertinentes
  • Je n'ai aucune confiance dans la capacité de mon chef à répondre aux questions du président
  • Encore moins dans sa capacité à simplement transmettre les réponses que mon collègue et moi allons préparer cet été

Pas de conclusion trop hâtive de votre part, n'est-ce pas !  Mon chef est quelqu'un de tout-à-fait respectable, de très intelligent que je respecte infiniment.  Il a plein de qualités que je n'ai pas et j'en ai quelques unes que lui n'a pas (ou du moins pas assez développées).

11:36 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Justiiiiiiine, we miss you

Que les choses soient bien claires dès le départ, rien à voir avec le marquis de Sade, il s'agit bien de notre Rocheforto-monégasque. 
 
Pratiquement un mois déjà sans nouvelle, depuis son élimination imméritée au tournoi de Gazon-sur-Londres.
 
Alors que nous nous étions habitués à apprendre chaque matin si sa nuit avait été paisible, si elle avait bien fait sa petite crotte comme il faut, si elle avait enfin trouver le temps de déballer la vaisselle et tout ça.
 
Si quelqu'un peut me rassurer qu'il le fasse de toute urgence, par pitié, pour la paix de mes nuits, que je ne fasse plus un sang d'encre.

09:10 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/07/2005

Mon collègue chéri (suite et j'espère, fin)

Là je viens de prendre un avantage certain (40-0 sur mon service, je dirais), il est sur le point de se faire virer de l'entité dans laquelle nous bossons tous les deux.  Je jubile comme vous n'avez pas idée.  Futur vainqueur magnanime, j'espère néanmoins qu'on réussira à le recaser dans un fonction qui lui conviendra mieux.  Genre, entraineur-animateur pour les enfants du personnel à l'époque des vacances scolaires ?
 
Plus salope que moi, tu meurs !

15:26 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Traffic Queens

Nombreux sont ceux qui les cotoyent chaque soir et rares pourtant sont ceux qui les apprécient à leur juste valeur.
 
Elles sévissent au croisement des avenues Buyl et de l'Hippodrome et du boulevard Général Jacques quasi tous les jours de 17h à 18h30.  Elles sont à la circulation ce que Sandra Kim est à la chanson et Florent Pagny au raffinement extrême.
 
Elles sont indissociables, telles Laurel et Hardy, Sheila et B-Devotion, Sylvie Vartan et les paillettes, Charles Rogier et la révolution belge ou encore Guy Des Cars et la littérature française.
 
La première, brune aux longs cheveux opère du côté de l'avenue Buyl.  Fluette, c'est la reine du sifflet et du moulinet de bras.
 
La deuxième, blonde aux longs cheveux opère du côté de l'avenue de l'Hippodrome.  C'est clairement elle la chef, celle qui donne les ordres et entend se faire obéir.  Elle paie de sa personne, toujours en mouvement.  Physiquement elle est facile à reconnaître.  Là où il y a les cheveux c'est le haut !  Précision nécessaire parce qu'elle aussi large que haute.  Pour la petite histoire, Levi's a conçu pour elle le seul jeans sur mesure qui ait jamais été fabriqué.  Taille 62/24 (moi, c'est 31/32).
 
Ensemble elles s'astreignent chaque soir à paralyser complètement le traffic dans ce coin de la ville.  Tout fait farine au moulin.  A contretemps par rapport aux feux de signalisation (quand c'est rouge tu passes, quand c'est vert tu râles).  Mais leur fait de gloire majeur reste de réussir à arrêter la circulation sur le boulevard Général Jacques uniquement quand les voitures sont pare-choc contre pare-choc et bloquent ainsi complètement la circulation dans le sens perpendiculaire (elles atteignent l'orgasme uniquement quand la voix de leur collègue de la porte de Namur crépite dans le talkie walkie pour leur dire que maintenant l'embouteillage commence rue de Namur).
 
Empahique comme je suis, je me demande souvent ce qui peut les faire agir ainsi.  Le sentiment du devoir accompli ?  Faire parler d'elles aux infos trafic de VivaCité ?  Se faire insulter par les automobilistes rageurs ?  Fi de tout cela, non, la seule, la vraie, l'unique raison à tout ceci est qu'elles sont vues et remarquées par bien plus de monde.  Alors que certains quêtent en vain leur quart d'heure de célébrité, elles le vivent tous les soirs pendant une heure et demi !!!!
 
Alors, en vérité je vous le dis, mes très chères Queens, je vous aime !

10:42 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Irrésistible Alain sur sa branche perché ...

... ne tenait pas dans son bec un fromage.
 
Ce qui est bien avec Alain, c'est que le décallage entre ce qu'il pense de lui et ce que les autres en pensent est tellement grand, que je peux utiliser son vrai prénom sans crainte qu'il se reconnaisse...
 
Alain est un estimé collègue que j'ai croisé la semaine passée et qui m'a complimenté sur ma perte de poids.
 
Alain a tout pour plaire.  Il est jeune, il est beau, bronzé de janvier à décembre, il arbore des dents saines et blanches qui rendraient jaloux tout Californien qui se respecte.  Il a les cheveux chatains décolorés par le soleil et rehaussés d'une séduisante mèche grise avec juste ce qu'il faut de gomina pour exprimer une référence discrète aux glorieuses sixties.
 
Alain porte bien le costume et, chose rare dans la société où je travaille, il ose montrer qu'il suit la mode et étaler son bon goût.  Ainsi, la semaine dernière il portait un élégant costume (d'hiver) couleur fauve (il faisait quand même plus de 30°, il ose, il ose, j'adoreuh) avec une chemise top mode (larges lignes de couleurs très violentes) et une cravatte orange unie.
 
Non seulement Alain porte bien l'habit mais il émane de lui un charme irrésistible et une virilité contenue qui plaît assurément aux dames.  Pour preuve les touffes de poil qui passent par l'encolure de sa chemise et qui laissent deviner .... hmmmmm, je suis sur le point de me pâmer !
 
Bien sûr, le rapport avec la branche n'est pas encore très clair.  N'y voyez aucune allusion déplacée, il n'a rien du singe.  Il faut y voir le signe d'une attitude tellement glamour que je ne peux pas résister à la partager avec vous.  Alain se comporte comme un oiseau sur sa branche.  Pour ceux qui sont au-dessus de lui (comprenez dans l'échelle hiérarchique), il frétille de la queue et son babillage est enchanteur (lisez flagorneur).  Malheur à ceux qui sont en-dessous de lui, il leur ch... dessus !
 
Cruella (la fée qui s'est penchée sur mon berceau) a heureusement eu l'intuition nécessaire pour que je sois au-dessus de lui dans l'échelle hiérarchique.  Sa fiente me sera donc épargnée.
 
Surtout me rappeler que tout flagorneur vit aux dépends de ceux qu'il encense...

10:01 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2005

Croyance et génocide

Ainsi donc différents maîtres ès génocides sont poursuivis à juste titre par plusieurs tribunaux tout autour de la planète.  Certains sont coupables de les avoir fomentés, d'autres d'y avoir participés et d'autres encore d'avoir laissé faire.
 
Il est pourtant un génocide pour qui aucun tribunal national ou international ne s'est déclaré compétent jusqu'ici.  Ce génocide, personne ne l'a fomenté, si ce n'est peut-être Dieu (pour ceux qui y croient) ou alors Eve qui n'a pu résisté à la tentation de croquer dans une pomme.  Beaucoup sont responsables de laisser faire.  Parce que l'autorité morale qu'ils devraient exercer permettrait d'amener les hommes et les femmes qui habitent notre planète à se protéger correctement lors de tous rapports sexuels.
 
Il en est un qui est coupable de prévenir l'utilisation du-dit préservatif, d'utiliser son autorité morale pour que ce bout de latex reste sur les étagères des pharmacies.  Cet homme cache son évidente culpabilité derrière des croyances d'un autre âge.  Il cache son hypocrisie au point de tolérer que des hommes d'église enseignent la méthode Ogino aux fidèles (il reconnaît donc que des rapports sexuels existent dans un but qui n'est pas la procréation), au point de tolèrer que des hommes d'église perpétuent des actes pédophiles sans être inquiétés par la justice des Hommes (j'en connais personnellement un cas, ce prètre étant maintenant décédé).
 
Si Dieu existe, puisse-t-Il faire que Benito XVI brûle dans les feux de l'Enfer jusqu'à la fin des Temps !
 
Voilà pourquoi cet homme est celui que je hais le plus au monde.  Personne ne lui ravira jamais la première place de mon classement personnel.

14:30 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Sahara

Vu hier un film plaisant, distrayant, sans message subliminal (mais suffisamment appuyé pour qu'il soit quand même compris comme par exemple dans le pitoyable Guerre des Mondes).  Une sorte de combinaison gagnante entre l'Agence Tout Risque, Mc Gyver, James Bond et Temptation Island...
 
Avec Matthew McCaunoghey (craquant), Penelope Cruz et celui pour qui je garde un petit faible, le toujours très beau Lambert Wilson.
 
Lambert, donc, qui séduit par le relooking (lire opération chirurgicale faciale d'envergure) de l'exquise Sharon Stone juste avant Cat Woman a décidé de s'y mettre aussi.  Le résultat est à la hauteur, il a perdu une bonne vingtaine d'années, facile, et mon dieu, qu'il me plaît cet homme-là, pas seulement parce qu'il ressemble à quelqu'un que j'apprécie particulièrement.  Il a ce je ne sais quoi de charme qui me fait craquer.  Je le hais !
 
Je regrette cependant qu'il se cantonne pour l'instant dans des seconds rôles hollywoodiens, bien en-dessous de son talent.  Et, franchement, les rôles de salauds ne lui vont pas.  Charlotte Rampling n'a pas de souci à se faire...

14:06 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/07/2005

Message utile juste avant le week-end

Bonjour ma petite chériiiiiie !
Comment vas-tu ?  Tout se passe comme tu veux ?  Coooool !
Pas trop chaud ?  Et les enfants vont bien aussi ?  Super, ça me fait plaisir !
Et ton amie ?  Laquelle ?  Ah, désolé, je ne connais pas son nom.  Elle cause tout le temps, ça t'aide à savoir de qui je parle ?  Tu trouves ?  Oui ?  Ouf, tant mieux !
Tu lui as encore parlé de moi ?  Oh, juste pour savoir.  Enfin, parce que je vais encore dormir la fenêtre ouverte cette nuit et ... enfin.... tu comprends, je ne voudrais pas vous incommoder parce que j'ai mangé beaucoup d'ail ces derniers temps.... et ça passe assez facilement dans le sang et je ne voudrais pas qu'à cause de moi vous ayez mauvaise haleine...
 
Allez, je te laisse.  A bientôt.  Enfin, rien ne presse tu sais, ça me démange encore partout de l'autre fois.  Oui, merci, bonjour chez toi aussi.

16:47 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le voile se lève...

Le moment tant attendu est enfin arrivé.  Bon, soyez sympa, faites comme si.  Qui suis-je, où vais-je, dans quel état j'erre ?
 
Alors, disons que je suis dans la classe chic.  Mais oui, vous savez bien, quand on cherche un partenaire...  de 20 ans pour le choc, de 40 pour le chic et de 60 pour le chèque !  Très chic même, puisque j'entre à peine dans la catégorie. 
 
Mes passions favorites sont, dans le désordre, boire du thé, lire et aller au cinéma.  Les trois personnes (vivantes) que je hais le plus sont Benito XVI, mon collègue précédemment évoqué et mon frère.  Les gens que j'admire quoi qu'ils fassent sont mon petit copain, François Ozon, Charlotte Rampling, Maggy Cheung, Tony Leung, Sean Connery et, avec une mention spéciale, si, si, parce que vous êtes attentifs, vous avez devinez, Madonna.
 
Mes lectures favorites, vous demandez-vous déjà ?  Hé pas si vite, j'y viens.  Marcel Proust surtout mais aussi beaucoup d'autres.  Je suis viscéralement ouvert à toutes formes de littérature, du journal de Bridget à Oman Kahput en passant par Françoise Sagan et Emile Zola.  Bon, je ne répète pas Monsieur Proust.  Par contre, je suis pas trop fan de Simenon (je les ai quasi tous lus dans mon adolescence, j'en ai relu un récemment et ...  moyen cool) et de la science fiction.
 
Stop.  Retour au point précédent.  Je rajoute W (voir photo ci-jointe) à la liste des personnes que je hais le plus.
 
A ce propos justement, il est dit que Dieu à fait l'homme à son image.  Soit.  Mais il y a tellement d'hommes différents qu'il m'est un peu difficile de m'imaginer à quoi il peut ressembler.  D'ailleurs, il me plairait plutôt que Dieu soit une femme (sauf si elle ressemble à Anne-Marie Lizin).  Et puis avec les progrès de la génétique, on peut faire à peu près n'importe quoi comme croisement maintenant.  Enfin, rien de nouveau là-dedans.  Tenez, un mec avec une tête de taureau (Apis) ou un cheval avec la partie supérieure du corps d'un homme (Centaure).  Encore mieux ?  La salamandre qui reconstruit parfaitement les parties de son corps qui ont été coupées.  A force de jouer avec le feu, on finit parfois par créer de véritables catastrophes.  Ici, je pense naturellement à la famille de Monaco (un seul cerveau de canari pour 28 personnes) et à (vous l'avez deviné, je le sais), Speak Slowly II !  Le croisement entre une bible, un teckel, un cheval et une bouteille de whisky.  Ce que je n'arrive pas à croire c'est qu'il ne s'est trouvé personne pour se dire que puisque ce type allait devenir président des Etats-Unis, il aurait fallu penser à un cerveau.  Enfin, on ne peut pas toujours penser à tout, n'est-ce pas ?  Mais, un petit, juste un tout petit ça aurait déjà été pas mal...
 
 
PS. Peut-être que comme moi, vous vous êtes longtemps demandés ce que Anne-Marie Lizin faisait de ses vieilles robes et de ses vieux tailleurs.  J'ai mené ma petite enquête (discrètement, bien entendu) et maintenant, je le sais enfin.  Elle les porte !


15:56 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/07/2005

La rentrée télévisuelle

Pendant que nous savourons pleinement le bonheur de l'été et des corps qui s'abandonnent avec tant de grâce et d'élégance dans nos joyeuses et animées cités, les stars du petit écran préparent leur prochaine saison.  Prenons, au hasard, l'exemple du gendre idéal et asseptisé, j'ai nommé l'excellent Delarue.  Il a déjà défini TOUS les sujets de son émission fétiche pour la saison à venir.  Je vous en livre quelques uns de bonne grâce.  N'y voyez pas malice, j'ai sélectionné ceux qui feront à coup sûr exploser l'audimat.  Ce fameux soupçon d'érotisme, de voyeurisme ou le non moins fameux "il y a toujours plus malheureux, il suffit de chercher".
 
 

 
  • Ma grand-mère a refait sa vie avec un gogo-dancer prépubère
  • La zoophilie, perversion ou amour des animaux ?
  • Nous avons retrouvé l'homme qui a servi de modèle à Hannibal Lecter
  • Le naturisme, un mode de vie de plus en plus répandu
  • Les esclaves existent toujours
  • J'ai perdu 140 kg en moins de 15 jours
  • Que gagnent réellement les élus ?
  • Mon mari est polygame
  • Les amours cachés des hommes politiques.  Combien de Mazarines ?

 

16:38 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ludovicccccccccc

Lu ce matin dans la presse spécialisée.  Ludovic Chancel, fils d'Annie Chancel et de .... Ringo, ça va, vous savez qui c'est ?  Annie Chancel est bien sûûûûûûr Sheila !  Ludovic, donc, est bisexuel.  Et sa maman ne l'accepte pas.  Ils ne se parleraient plus.  Je n'arrive pas à y croire.  Parce que Sheila, selon les rumeurs de sa jeunesse (l'époque d'avant les liftings et le botox), pour elle, un bisexuel, c'est le rêve non ?
 
D'autres ragôts dans nos prochaines éditions.

13:18 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les femelles contre-attaquent

C'est comme à l'armée, on finit toujours par en trouver une qui sait lire, qui le raconte à sa copine qui est une pipelette finie et toutes finissent par le savoir.  Ainsi donc, une dame moustique a lu mon blog, s'est sentie offusquée par sa teneur, si bien que l'escadron d'intervention s'est mis en route pour l'opération "Restore Dignity".
 
Profil bas, promis Madame Moustique (voyez, avec une majuscule même cette fois), je ne recommencerai plus.  Et remerciez bien vos amies pour la sympathique soirée.  Si vous passez dans le coin, n'hésitez pas, pousser la fenêtre, je vous présenterez à mes amis.

12:55 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Coming back

Vous vous demandez comment c'est déroulé ma folle journée parisienne ?  Quoi de plus naturel !
 
La vraie journée commence après le dîner (ils disent le déjeuner là-bas, rappelons-le nous).  Place de l'Opéra, rue de la Paix n° 100.  Tifannyyyyyyyy.  Vendeuse idiote et superficielle.  Je m'offre une bague 1837 pour remplacer celle que j'ai perdue et à laquelle je tenais ....  très beaucoup.
 
Flânerie pédestre jusque dans le IIème avec bavage en bonne et due forme devant quelques vitrines de la place Vendôme, à peine (c'est un euphémisme) gâchée par les troupeaux de ploucs obèses en bermuda, chausettes noires et marcel jaune.  Message personnel à Monsieur Bertrand.  Pourquoi ne pas filtrer les entrées à cette charmance placette par les Brigades de la Mode épaulés par des militaires en armes ?  Je m'explique.  Bon, les Brigades de la Mode, vous avez compris (sinon vous ne vous seriez pas attardés sur ce blog, n'est-ce pas ?).  Les militaires aussi.  Impossible d'imaginer que les militaires puissent laisser passer le bon grain et retenir l'ivraie, mais ils ont un rôle important à jouer néanmoins.  Ben si !   Allez, trouver par vous-même !
 
Arrivé rue du Bourg-Tibourg je pénètre religieusement dans le temple du thé à la française.  Je craque pour Lune Rouge, un thé vert délicatement parfumé au gingembre et à la rose.  Et un sorbet au trois thés.  Un délice.
 
Next door boutique, l'Artisan Parfumeur.  La vendeuse blonde, idiote mais très sympathique a cédé sa place à Sébastien que j'imagine assez facilement en folle du Marais (robe lamée et talons aiguilles).  Il me drague ouvertement (bon, je dois bien finir par m'y résoudre, ça se voit que je suis pédé).  Je le quitte avec deux bougies parfumées dans un joli paquet.
 
Direction les Halles, niveau -2, Muji.  Là je m'offre trois petites choses tellement utiles et si peu chères qu'il eut été criminel de les laisser dans la boutique.
 
Métro, gare du Nord, Thalys.  A côté de moi, le fils de Monsieur Plouc et de Madame Riendetelquelenaturelpourfaireviril.  Gras, suant, moufflonnant comme de bien entendu et, extase suprême, habillé du dernier chic (collection printemps 1999 de C&A).  Pour le punir, je m'asperge de Bain Royal (ex- de Champagne) de Caron.  Ronny (c'est son prénom) aura à raconter à ses amis et collègues.  Dans le train il était assis à côté d'un type qui non seulement utilise du déodorant (une gonzesse dans son monde) mais aussi se parfume (progression évidente de femmelette vers tantouze notoire).  Déjà il se méfiait un peu au départ.  Un homme avec une chemise rose de chez Ralf Lauren (pas le joueur de foot, l'autre).
 
Reour chez moi.  Douche, crème de nuit et lait pour le corps.  Ca, il ne le sait pas.  Yerk !


12:29 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2005

Les femelles...

Je hais les femelles.  Pas toutes bien sûr.  Je suis très sélectif dans ce domaine.  Je hais les moustiques femelles.  Ces vampires nocturnes qui vous mordent et vous sucent le sang en vous laissant suffisamment de poison pour vous assurez des démangeaisons pendant plusieurs jours. 
 
Elles, par contre, elles m'adorent !  Dans une ville de 1 000 000 d'habitants, vous pouvez être sûrs que c'est moi qu'elles vont élire à l'unanimité victime parfaite.  Bande de salopes !

06:01 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Il est 5 heures....

C'est le jour.  Paris.  Ce matin, réunion de travail avec des personnes plutôt sympatiques.
 
Et puis, comme cela serait franchement idiot d'aller à Paris seulement pour le boulot, je suis bien obligé d'en profiter un peu sous peine de passer pour un idiot.  D'abord, l'urgence est Tiffany (rue de la Paix, dans le IIème) pour la bague 1837, ensuite déjeuner chez Mariage Frères (rue du Bourg-Tibourg, dans le Marais), visite de courtoisie dans la boutique d'à-côté, l'Artisan Parfumeur pour lui dérober deux bougies joliment parfumées.
 
 
 
 
Si la température est supportable, j'irai me mêler aux touristes sur les Champs (je rappelle que moi, c'est pour mon travail, que ce soit bien clair !!!), si non musée Gustave Moreau que j'ai déjà visité mais qu'il ne me déplairait pas de revoir...  J'aime assez son côté "torturé"


04:59 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2005

A l'aise

Pour le moment, je bouquine à l'aise.  En général, je lis deux bouquins à la fois.  Bon, pas une page de l'un puis une page de l'autre non plus.  Fonction de mon humeur.  L'un des deux est Middlesex de Jeffrey Eugenides.  Auteur peu prolixe d'entres autres également Virgin Suicide adapté par Sofia Coppola sur grand écran.  J'ai tellement aimé ce dernier que je me suis jeté sur le seul autre de ses trois bouquins traduit en français.
 
Ca commence comme ça...
 
La cuillère en argent

J’ai eu deux naissances. D’abord comme petite fille, à Detroit, par une journée exceptionnellement claire du mois de janvier 1960, puis comme adolescent, au service des urgences d’un hôpital proche de Petoskey, Michigan, en août 1974. Il est possible que certains lecteurs aient eu connaissance de mon cas en lisant l’article publié en 1975 par le Dr. Peter Luce dans le Journal d’endocrinologie infantile sous le titre : « L’identité de genre chez les pseudohermaphrodites masculins par déficit en 5-alpha-réductase de type 2. » Ou peut-être avez-vous vu ma photographie au chapitre seize de Génétique et Hérédité, un ouvrage aujourd’hui malheureusement bien dépassé. C’est moi, à la page 578, nu, en pied, à côté d’une toise, les yeux masqués par un rectangle noir.
Sur mon certificat de naissance, je porte le nom de Calliope Helen Stephanides. Sur mon permis de conduire le plus récent (établi en République fédérale d’Allemagne) je me prénomme simplement Cal. Je suis un ancien gardien de but de hockey sur gazon, membre de longue date de la Fondation pour la préservation du mainate, Grec orthodoxe peu pratiquant, employé au Département d’État américain quasiment depuis que je suis adulte. Comme Tirésias, j’ai d’abord été l’un, puis l’autre. J’ai été la risée de mes camarades, le cobaye des médecins, l’objet des palpations des spécialistes et des recherches des chercheurs. Une rousse originaire de Grosse Pointe est tombée amoureuse de moi, ignorant ce que j’étais (je ne déplaisais pas non plus à son frère). Un tank m’a mené au cœur d’une bataille de rues ; une piscine m’a métamorphosé en nymphe. J’ai quitté mon corps pour en occuper d’autres – et tout cela avant d’avoir eu seize ans.

Mais maintenant que j’en ai quarante et un, je sens approcher une nouvelle naissance. Après des décennies de négligence, je me prends à songer à des grands-tantes disparues, des grands-pères décédés depuis longtemps, des cousins au cinquième degré inconnus de moi, ou, s’agissant d’une famille au fort degré de consanguinité telle que la mienne, de tout cela à la fois. C’est pourquoi, avant qu’il soit trop tard, je veux consigner une fois pour toutes l’errance mouvementée de ce gène unique à travers le temps. Chante à présent, ô muse, la mutation récessive de mon cinquième chromosome ! Chante son éclosion sur les pentes de l’Olympe, il y a deux siècles et demi de cela, tandis que bêlaient les chèvres et que tombaient les olives. Chante son cheminement à travers neuf générations, son mûrissement secret dans le groupe génétique de la famille Stephanides. Chante aussi la façon dont la providence, sous la forme d’un massacre, lui a fait prendre un nouvel essor, comment, telle une graine, il a traversé les mers jusqu’en Amérique, où il a erré parmi nos pluies acides avant de toucher terre dans le sol fertile de la matrice de ma propre mère, habitante du Middle West.
Pardon s’il m’arrive parfois de me laisser aller à ces accents homériques. Ça aussi, c’est génétique.

07:52 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La guerre des mondes

Film distrayant aux effets spéciaux attendus malgré quelques invraisemblances et un relent appuyé au Bushisme (surtout la fin).  Cruise pareil à lui-même (toujours aussi petit et rablé) incarne l'archétype de l'américain moyen aux fins de mois difficiles et prêt à tout pour protéger ses enfants.  Rassurez-vous, tout est bien qui finit bien, selon les standards hollywoodiens habituels.  Il ne m'aurait pas déplu que les méchants gagnent...
 
Je n'ai pas trop adoré les deux romans de H.G. Wells que j'ai lu (1984 et Animal Farms, ce dernier en Anglais dans le texte).  Voilà qui ne va pas nous réconcilier.
 
Ah oui, la photo.  Pas représentative du film, mais le beau Tom en grutier, je n'ai pas résisté ;-))

03:34 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/07/2005

AB3-4-5 syndrome

Je me demande si je ne devrais pas mettre un peu de sexe pour attirer du monde.  J'hésite encore.  Sexe aseptisé façon AB3 ou voyeurisme façon MTV (avec le machin qui brouille trop pour voir mais pas assez pour quand même bien deviner) ?
 
Et puis rien ne m'empêcherait de dire que c'est contre mon plein gré, façon Janet Jackson lors de la finale du SuperBowl l'année passée.  J'étais à Houston au moment de ce match (rassurez-vous pas pour voir ça, pour le boulot).  Plus une chambre d'hôtel.  J'ai du loger dans un Travel Lodge.  Je ne vous recommande pas.
 
Une autre fois j'ai du aller à New-York pour le boulot.  Là hôtel top classe avec films porno en Pay-TV (même des films gays !!!) avec juste ce qu'il faut d'hypocrisie (un carton précise bien que si tu regardes un film de cul cela apparaîtra sur ta facture dans la rubrique "room service - location d'anthologies de la littérature antique").  Pour le boulot, je suis entré dans le Chrysler building (le 2ème plus haut de New-York).  C'est moche.  Par contre, le jeune homme réceptionniste de la boîte où j'avais la réunion était méga cute et aux petits soins pour moi....
 
Ceci dit, les films porno, ce n'est pas trop mon truc.  J'en ai vu quelques uns quand même, juste assez pour me rendre compte que les acteurs et actrices sont souvent très moches et que ça ressemble furieusement aux opérations en direct de la télévision hollandaise.  Eeeerk !
 
Bon alors, vous en dites quoi ?  Je met du cul ou pas ?


06:54 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Court Florent

Passe à la radio une chanson de Florent Pagny.  Aucune idée du titre mais le refrain contient la phrase "vous n'aurez pas ma liberté de penser".  Il y va un peu fort, vous ne trouvez pas ?  Pour la liberté, je suis d'accord.  Mais la liberté de PENSER.  Si on accepte ça, cela reviendrait à accepter qu'il pense.  Quelle horreur !  Il aurait un point commun avec l'humanité ?
 
Non, je crois que je me suis laisser abuser, ça doit être "la liberté de panser".  Ah, ces homonymies (les mots pédés ?) !  Là, je suis d'accord.  Il doit vouloir dire qu'il veut garder sa liberté de panser ses chèvres quand il veut.  Ben oui, ses chèvres auxquelles il finit par ressembler.  A un détail près.  D'après Voici, il laverait ses chèvres !

06:25 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mon collègue chéri

F est italien.  Nous nous détestons cordialement.  Enfin, cordialement est un abus de langage, vous vous en doutez.  Il n'y a rien de cordial là-dedans.  C'est à celui qui fera le plus ch... l'autre.  Pour le moment, je mène au score.  De peu.
 
F est bien comme il faut.  Il a trois passions dans la vie.
Le football.  Il y joue (malgré son âge respectable) et possède l'intégrale de Calcio Magazine.  Il sait de mémoire le nom du joueur de l'AC Milan qui a marqué le 2ème but lors de la partie de bienfaisance organisée au profit des nains de jardin le 14 juin 1937 contre l'équipe des animateurs de la RAI.
Les voitures.  Surtout italiennes, bien sûr.  Il faut bien reconnaître que là, il participe déjà un peu moins.  Il est intarissable sur l'élégance des Ferrari, les performances techniques des Alfa Romeo et le design innovant des Fiat.  Lui, il possède une merveilleuse Opel Zafira vert caca d'oie...  C'est le côté pratique qui a conduit son choix.  C'est très pratique une Opel Zafira !
Les jeunes filles blondes.  C'est sans doute sa passion la plus visible.  Il en parle beaucoup à tout le moins.  Dès qu'il voit un tabouret à mini-jupe et perruque blonde, impossible de le tenir.  Un petit peu comme une mouche et un caca.  Euh, c'est la mouche qui a la perruque !  Et puis, il parle tellement de sexe qu'on se dit qu'il ne doit pas le pratiquer bien souvent.  Le sexe c'est l'exception à la règle "ce sont ceux qui en parlent le plus qui en connaissent le moins".
 
Je ne peux pas terminer sans évoquer son look de jeune premier.
Il est fan de la chemise STIB (ce bleu ciel si délicat), je crois qu'il n'en a pas d'autre, et du veston pied de poule (toutes saisons confondues, mais il en a plusieurs).  Pour lui, c'est la cravate qui doit montrer toute son originalité et son élégance raffinée.  Je me demande parfois si je ne suis pas un (tout petit) peu langue de pute.  La dernière fois que je l'ai vu, il portait une cravate jaune canari avec motifs.  Très "à la mode" la cravate jaune chez les cadres respectables, environ 50% de la population.
 
Et ses jolis cheveux.  Une coupe qui a connu son apogée au milieu des années 50.  Gonflante et laquée.  Rien ne bouge.  Seul petit hic, pour bien porter la coiffure gonflante, il vaudrait mieux avoir plus de cheveux.  Le côté, on voit mon crâne à travers, c'est moyen glamour.
 
Une autre fois je vous parlerai de G, autre collègue italien.  Maniaque de chez Maniaque.  Le seul maigre à double menton que je connaisse.

05:27 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/07/2005

Un tête digne de ce nom

La nature ne m'a pas gâté.  Alors, j'ai le double du travail pour avoir une tête présentable.  Hors de question de sortir de chez moi sans les artifices d'usage.  Gel pour faire dégonfler les yeux, lotion hydratante (émulsion écologique de Sisley, ça le fait), crème pour lisser les yeux (enfin, le pourtour), crème de jour pour tendre et raffermir le tout (indice 15).  Parfois une touche de fond de teint.  Pour le moment j'explore la gamme Précision de Chanel, auparavant Shiseido.  Bon, d'accord, c'est pas donné mais le résultat en vaut la peine.
 
Chacun subit plus ou moins son héritage génétique, mais chacun est responsable de son apparence et des efforts qu'il fait pour se rendre présentable.  Ce n'est pas une question de budget, il y a des produits pour tous les budgets.
 
Pour les fringues, c'est la même chose.  Quand je vois comment les gens s'habillent en général, je suis horrifié.  Vulgos, sale, sans recherche.  Nom d'un petit bonhomme, c'est quand même la moindre des politesses de ne pas courir en rue en bermuda, chaussures de ville et chausettes noires !!!
 
Je reviendrai plus tard sur les chaussettes blanches avec un costume.  Plus plouc que ça, tu meurs !

15:07 Écrit par Gossip Boy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |